Le Domaine d’Isegorias » La Fontaine de Barenton : le roi des Korrigans - Contes et légendes de Bretagne, Féerique

La Fontaine de Barenton

Extrait de La mythologie Celtique de Yann Brékilien

La fontaine de Barenton

Un soir qu’Owein, chevalier d’Arthur, devisait avec Kynon, celui-ci lui raconta que s’√©tant rendu √† la fontaine afin de v√©rifier les prodiges qui lui avaient √©t√© cont√©s, il en arrosa la dalle. Aussit√īt un immense coup de tonnerre √©clata accompagn√© d’une averse de gr√™le. Puis un chevalier noir l’attaqua, et emmena son cheval.

Owein d√©cida aussit√īt de d√©couvrir cet endroit. Il chevaucha jurqu’√† une clairi√®re o√Ļ un g√©ant noir, entour√© d’animaux, lui indiqua la route. Il arriva √† un arbre vert et vit la fontaine et la dalle.

Il versa de l’eau sur la dalle et le terrible orage √©clata, plus violant encore que ce que Kynon avait d√©crit, puis le soleil brilla et les oiseaux chant√®rent. Alors qu’il prenait plaisir a √©couter ces chants, il entendit des g√©missements et vit le chevalier noir. Ils se charg√®rent furieusement et bris√®rent leurs deux lances, ils tir√®rent leurs √©p√©e et Owein blessa mortellement le chevalier.

Celui-ci s’enfuit et Owein le poursuivit jusqu’√† l’entr√©e d’un chateau o√Ļ Owein tenta de p√©n√©trer derri√®re lui, mais les gens du chateau laiss√®rent tomber la herse sur lui. Puis ils ferm√®rent la porte int√©rieure, le prenant au pi√®ge entre la herse et la porte. Il apper√ßut alors une ravissante demoiselle aux cheveux blond qui s’√©mut de son sort. Elle lui remit un anneau qui avait la propri√©t√© de rendre invisible √† volont√©. Quand les hommes d’arme vinrent le chercher, ils ne le virent pas courir pour retrouver la jeune fille.

C’est alors qu’ils entendirent de grands cris, Lunet lui raconta qu’on venait de donner l’extr√®me onction au ma√ģtre du chateau, son corps fut port√© en terre le lendemain et se mettant √† la fen√™tre, Owein vit la foule suivre le cercueil, et dans cette foule une tr√®s jolie jeune femme en habits de deuil jaunes.

Lunet lui expliqua qu’elle √©tait la plus belle, la plus g√©n√©reuse, la plus noble et la plus sage des femmes, et qu’elle √©tait l’√©pouse du chevalier, la Dame de la Fontaine. Owein tomba imm√©diatement amoureux d’elle.

Lunet tenta alors de raisonner la Dame inconsolable en lui expliquant que pour garder la fontaine, il lui fallait un √©poux, vaillant chevalier pour la d√©fendre. Elle lui proposa donc de se rendre pour elle √† la cour d’Arthur. Elle se contenta de rester enferm√©e dans sa chambre, puis retourna vers la Dame et lui pr√©senta Owein. Mais la Dame ne fut pas dupe, elle compris qu’Owein n’avait pas fait ce long voyage, qu’il √©tait cach√© au chateau et qu’il √©tait celui qui avait tu√© son √©poux.

Elle √©pousa tout de m√™me Owein qui, depuis lors, garda la fontaine avec la lance et l’√©p√©e. Tout chevalier qui y venait, il le renversait.